Journal des Suites


Les Suites et Double-suites 
de Notre-Dame la Grande

Double-suite de clôture de la saison 2012








Double-suite avec l'Académie Internationale Habanera


Victorien Vanoosten
Concert des grands ensembles de saxophone par les étudiants de l'Académie Habanera



 sous la direction de 
Victorien VANOOSTEN 
et de Flavien BOI




Académie Habanera 2012
Pour tous les saxophonistes à partir du 2ème cycle des conservatoires et écoles de musique jusqu'à la préparation des concours professionnel
L'académie de saxophone HABANERA est un évènement marquant pour l'activité estivale des saxophonistes du monde entier. Depuis douze ans elle initie de riches rencontres entre ces jeunes artistes qui viennent à POITIERS partager des moments passionnants et constructeurs pour leur parcours musical. Depuis sa création, (Août 2000), l'académie HABANERA a accueilli plus de 600 saxophonistes stagiaires au sein d'un évènement qui foisonne de musiques différentes, de débats artistiques, de discussions animées, d'expérience de concerts inouïs, de rencontres humaines déterminantes.
Académie Habanera 2012
L'académie HABANERA a pour objectif de porter haut le talent des jeunes saxophonistes qui ont choisi de croiser, le temps d'un été, leur parcours d'étudiant à l'expérience professionnelle de leurs ainés. Elle a l'ambition de les préparer activement à la rencontre palpitante avec le public grâce aux 15 concerts dont la Double-suite à Notre-Dame la Grande, du Festival SAX en MOUVEMENT qui attend comme chaque année près de 4000 personnes en dix jours.



Programme du concert

Académie Habanera 2012

Gionanni GABRIELI : Canzon XV

Georges BIZET : L'Arlésienne Carillon

Jean-Sébastien BACH : Concerto italien (3ème mouvement)

Jean-Sébastien BACH : Toccata

Claude DEBUSSY : Menuet de la Petite Suite


Académie Habanera 2012

Paul DUKAS : Fanfare La Peri

Improvisation par l'atelier de Masataka Hirano

Gioacchino ROSSINI : L'Italienne à Alger (ouverture)

Anton DVORAK : Notturno

Joseph HAYDN : Fugue

Modest MOUSSORGSKY : Tableaux d'une exposition (extraits) 





Jeudi 16 Août 2012 - 22h45-23h15

Les Petits Concerts du Grand Poitiers
proposés par l'association "Concerts en nos Villages"



Trio avec clavier n°6 en do majeur K548 
Wolfgang Amadeus Mozart

Avec le Trio Taraxis


Le Trio Taraxis
Le Trio Taraxis est une jeune formation née en 2009 à Bruxelles. À la croisée de l'Allemagne, de la Belgique et de la France, guidé et soutenu par Guy Danel, le Trio Taraxis suit actuellement le cycle de perfectionnement de musique de chambre dédié aux ensembles constitués dans la classe de Peter Orth à la Musikhochschule de Detmold. Bénéficiant également des précieux conseils des membres du Quatuor Auryn, les Taraxis ont récemment pris part à des master-classes données par le pianiste Andras Schiff ainsi que par les membres du Trio Guarneri Prague.
Sans cesse en quête de découvertes, avide de rencontres avec des compositeurs d'aujourd'hui, le Trio Taraxis s'attache à partager avec le public la beauté du répertoire ainsi que ses coups de cœur pour de la musique toute neuve.
Les Taraxis se sont produits entre autre à Dortmund (Concerts de l’Orchesterzentrum), à Bruxelles, à St Malo au festival "Classique au Large"... Ils sont invités en Poitou pour la troisième année consécutive dans le cadre des Concerts en nos Villages.




Mercredi 15 Août 2012 - 21h30-22h15 et 22h45-23h15
Double-suite exceptionnelle

21h30-22h15 Les Petits Concerts du Grand Poitiers
proposés par l'association "Concerts en nos Villages"




Le Quatuor Hellix
Les deux premiers mouvements du Quatuor à cordes n° 1 opus 18

Ludwig van Beethoven



Quatuor à cordes nº 8 
Chostakovitch

avec Le Quatuor Hellix









22h45-23h15 : 
Concert d'orgue avec Dominique Ferran, organiste titulaire des Grandes orgues de la Collégiale Notre-Dame la Grande

Dominique Ferran

Dominique Ferran est né à Paris. Il passe son enfance à New-York. Il fait ses études d’orgue à Bordeaux avec Marcel Carme, puis au conservatoire de Toulouse dans la classe de Xavier Darasse. Il s’installe à Poitiers où il obtient une Licence d’Histoire de l’Art puis une Maîtrise de Musicologie. Il y rencontre Antoine Geoffroy Dechaume. Claveciniste il approfondit ses connaissances avec Ton Koopman et Kenneth Gilbert puis avec Jesper Christensen pour la basse continue au CNSM de Lyon. Titulaire du Certificat d’Aptitude à l’enseignement du clavecin, Dominique Ferran est professeur de clavecin, d’orgue et de musique de chambre au Conservatoire à Rayonnement Régional et organiste titulaire de Notre-Dame-la-Grande de Poitiers. Il enseigne dans le cadre de la licence (DNSPM) et du CEFEDEM au CESMD de Poitiers....Lire la suite




Mardi 14 Août 2012 - 22h45-23h15


Les Petits Concerts du Grand Poitiers
proposés par l'association "Concerts en nos Villages"




Quatuor à cordes "l'Empereur" de Joseph Haydn

avec Le Quatuor Cordis


Le Quatuor Cordis
Fort des quatre nationalités qui le composent (Croatie, Pologne, Belgique, France) et contribuent à la richesse de l’ensemble, le quatuor Cordis s’adonne avec passion à ce genre exigeant depuis sa création en 2008. Diplômés du Conservatoire Royal de Bruxelles, ils travaillent régulièrement avec Guy Danel, professeur de musique de chambre et reçoivent également les conseils du quatuor Danel, d’Ervin Schiffer, Vladimir Bukac, Paul de Clerck, Josef Kluson (quatuor Prazak), Luigi Vecchioni (quatuor Manfred), Jean-Marc Bourret (quatuor Castagneri) lors de classes de maîtres.
Le groupe reçoit le chaleureux accueil du public lors de divers concerts donnés en Belgique (« festival de l’Eté Mosan »), France (festivals « Concerts en nos Villages », « Mille sources et Dordogne »), Allemagne et Suisse. Désireux de faire partager leur passion pour cette subtile discipline de la musique de chambre, c’est avec un même cœur (en latin « cordis ») que ces quatre jeunes musiciens abordent des répertoires divers, allant des grands maîtres comme Haydn, Beethoven, Bartok jusqu’aux musiques actuelles.
Le quatuor Cordis a suivi les cours du quatuor Artemis dans le cursus de musique de chambre de la Chapelle Musicale Reine-Elisabeth et à la Nederlandse StrijkKwartet Academie (NSKA) d’Amsterdam.






Lundi 13 Août 2012 - 22h45-23h15


Les Petits Concerts du Grand Poitiers
proposés par l'association "Concerts en nos Villages"


Quatuor à cordes n°12 en fa majeur "Américain"
Anton Dvoràk 

avec Le Quatuor Franz


Le Quatuor Franz
Créé en 2011, le Quatuor Franz réunit quatre musiciennes issues de formations supérieures prestigieuses, comme le Conservatoire Royal de Bruxelles ou la Washington University. 
Se produisant dans de nombreuses salles à Paris et en province (Festival des créateurs contemporains, Domaine de Belesbat…), le Quatuor Franz profite de la diversité des parcours de ses instrumentistes pour ouvrir son répertoire à toutes les époques et cultures : autour d’œuvres classiques, les programmes du quatuor parcourent le jazz, le tango…
Il y a de la musique en toutes choses, si les hommes pouvaient l'entendre. La première volonté du Quatuor Franz tend à exaucer cette volonté de Lord Byron : faire apprécier la musique à tous.





Dimanche 12 Août 2012 - 22h45-23h15

Jean-Baptiste Pelletier et Louis Pensec

Contrebasses en duo
Jean-Baptiste Pelletier
Louis Pensec

Samedi 11 Août 2012 -  22h45-23h15
avec la participation d'élèves et anciens élèves du Conservatoire à rayonnement régional de Poitiers



Arcangelo Corelli

Sonate "La Follia" opus 5 n°12
avec Sonia Kossenko-Lepetit, violon
Julien Lepetit,violoncelle



Jean-Sébastien Bach
1ère Suite en sol majeur
avec Julien Lepetit,violoncelle

2e Suite en ré mineur
avec Louis Morand, Violoncelle





Vendredi 10 Août 2012 - 21h30-22h15 et 22h45-23h15
Double-suite avec le "Duo Mimesis"


Caroline Lasnier et François-Jérôme Gimenez
Sur une corde, un funambule peut passer d'une rive à une autre. Avec quelques cordes, on peut voyager entre les rives de l'espace et du temps ! Et ce fut le cas, ce vendredi soir, grâce au Duo Mimesis : Caroline Lasnier (violon) et François-Jérôme Gimenez (guitare) nous ont entraînés d'une époque à une autre, d'un univers musical à un autre, de la musique "savante" à la musique populaire : John Dowland voisine avec Stéphane Grapelli, Jean-Sébastien Bach tutoie Heitor Villa-Lobos, Brahms entreprend un pas de danse hongroise avec Angel Villoldo et "el choclo", le premier tango de l'histoire, et ainsi de suite ! Pour leur deuxième prestation dans le cadre des Suites et Double-suites, puisqu'ils étaient déjà dans le programme 2011, ces deux jeunes interprètes nous ont une nouvelle fois séduits, notamment par cette diversité où chacun pouvait se retrouver. Le seul regret fut que ce concert se soit achevé, regret et espoir de les retrouver l'an prochain ! 





Jeudi 9 Août 2012 - 22h45-23h15

Entre musique et création directe : 
flûte à bec avec Emmanuelle Weeger


Avec ses flûtes à bec et quelques outils technologiques, la musicienne vous emmène dans un monde oscillant entre musique baroque et musique actuelle. Créant un pont à travers les époques, elle passe d'une pièce solo renaissance vers une improvisation indienne, ou réinterprète un « Ground » anglais du XVIIème siècle avec son propre langage.
C'est un concert de l' « entre ». Entre musique ancienne et possibilités technologiques actuelles. Entre musique écrite et musique improvisée. Entre musique solo et musique harmonisée. Un univers particulier, enveloppant.

Emmanuelle Weeger est née à Poitiers. Elle entre au Conservatoire à 8 ans en commençant le cor. Dès ses 12 ans, elle s'oriente vers la flûte à bec. Elle obtient son DEM du Conservatoire à Rayonnement Régional en mai 2008. Après l'obtention de son diplôme, elle part au Pays-Bas, à Utrecht, pour se perfectionner en musique ancienne. Elle y obtient son Bachelor en juin 2011. Depuis septembre 2011, elle poursuit sa formation au Conservatoire Royal de Bruxelles. Elle suit également des cours de musique improvisée avec Michel Massot à Bruxelles. Emmanuelle fait régulièrement des concerts de musique ancienne (notamment avec son ensemble « Voce Humana » spécialisé dans la musique ibérique de la renaissance) et de musique improvisée aux Pays-Bas et en Belgique.



Mercredi 8 Août 2012 - 22h45-23h15



Jean-Sébastien Bach

3e Suite en do majeur
6e Suite en ré majeur


au violoncelle

Laure Tête
Benjamin Marionneau
élève et ancien élève du Conservatoire à rayonnement régional de Poitiers



Vendredi 3 Août 2012 - 21h30-22h15 et 22h45-23h15
Double-suite avec le "Duo Sonare"


Oeuvres de Corelli, Buxtehude, Bach et Albinoni

Rachel Cartry, violon baroque
Benoît Chrétien, orgue

Rachel Cartry et Benoît Chrétien
Rachel Cartry : diplômée du CRR de Dijon en violon moderne et en analyse musicale, Rachel Cartry commence le violon baroque dans la classe de Patrick Cohen-Akenine au CRD d’Orsay. A partir de 2010, elle poursuit ses études au CNSMD de Lyon dans la classe d’Odile Edouard. Rachel se produit avec divers ensembles en France et en Suisse et elle enseigne le violon moderne au sein de l’Académie Musicale Crescendo à Lyon.

Né en 1985, Benoît Chrétien a réalisé ses études musicales au Conservatoire de Poitiers avec Claire Michon (flûte à bec) et Dominique Ferran (orgue et clavecin). Il est titulaire de plusieurs Diplômes d'Études Musicales (flûte à bec, formation musicale, écriture, orgue) ainsi que du Diplôme d'État de Formation Musicale. Parallèlement, il est titulaire d'une licence de musicologie de l'Université de Poitiers et a étudié pendant 2 ans la direction d'orchestre au Conservatoire d'Évry avec Nicolas Brochot. Il se produit régulièrement en solo lors de récitals d’orgue et aussi au sein d’ensembles de musique ancienne et dans différents festivals (Bach en Combrailles, Fringe à Utrecht...). Benoît Chrétien est étudiant au CNSM (Conservatoire National Supérieur de Musique) de Lyon en basse continue dans la classe d'Yves Rechsteiner.   



Jeudi 2 Août 2012 - 22h45-23h15

Jean-Sébastien Bach et Zoltàn Kodàly
avec les violoncellistes Thomas Saunoi, Anna Hamayon et Benjamin Marionneau, élèves ou anciens élèves du Conservatoire à rayonnement régional de Poitiers






Jean-Sébastien Bach
4ème suite en mi bémol majeur Bwv 1010







Zoltàn Kodàly
Sonate pour violoncelle seul




Mercredi 1er Août 2012 - 22h45-23h15

Chant grégorien avec Geoffroy Dudouit et son ensemble
proposé par l'association "Et avec votre esprit"


Chanteurs : 
Thomas Georget 
Frédéric Le Van
Jean-François Belben 
Laurent Simon 
Jean-Yves Fillon
Fabien Donneger

L'Ensemble de Geoffroy Dudouit
Geoffroy Dudouit est chanteur, chef de chœur et compositeur. Il a découvert le chant grégorien il y a une quinzaine d'années à l'Abbaye de Ligugé. Il se forme auprès de Dominique Vellard et Marcel Pérès ; son chant est profondément empreint de sa rencontre avec Georgios K.Michalakis, maître du chant byzantin traditionnel.
Il a créé son ensemble pour enregistrer le disque « In medio ecclesiae » en avril 2011, grâce au Label Art & Musique d'Angers. Cette production cherche à faire connaître le répertoire du chantre médiéval, trop rarement donné en public. 



Double-suite du Vendredi 27 Juillet 2012 - 21h30-22h15 et 22h45-23h15

"in medio ecclesiae" 
Chant grégorien avec Geoffroy Dudouit et son ensemble
proposé par l'association "Et avec votre esprit"


Geoffroy Dudouit et son ensemble
On ne s'en lasse pas ! Dans le choeur de la collégiale (in medio ecclesiae) a retenti de nouveau la voix de Geoffroy Dudouit et de son ensemble. Au milieu d'une sorte de buisson ardent constitué de chandeliers contemporains, le ténor accompagné de trois membres de son ensemble, nous a fait apprécier la beauté austère de la cantillation grégorienne. Une attention soutenue pour recueillir le résultat d'un beau travail sur ce chant assez méconnu .
"Depuis mes premiers moments de pratique du plain-chant médiéval, il y a une quinzaine d'années, j'ai toujours ressenti une forte impression à chanter ce répertoire : sentiment mêmé de puissance, de douceur, de méditation et de joie vive". (Extrait de la jaquette du CD "In medio ecclesiae")
Ces sentiments furent partagés au cours de cette Double-suite. Nous retrouverons pour une dernière fois Geoffroy Dudouit et son ensemble pour la Suite du mercredi 1er Août à 22h45. 










Suites des Mercredi 25 et Jeudi 26 Juillet 2012 - 22h45-23h15


avec 
Pierre Fardet, flûtiste 

Flûtes traversières (Baroque, moderne et flûte en sol)

Pierre Fardet jouant de la flûte baroque
L'association "Les Clefs de Notre-Dame la Grande" aime à  faire découvrir des talents et des instruments peu entendus en solo. 
Ce fut le cas en ces deux suites consacrées à la flûte traversière. Deux soirées pour nous faire voyager de l'âge baroque à l'âge contemporain grâce à cet instrument qui a évolué avec le temps. Et c'est le flûtiste Pierre Fardet qui en fut notre guide. Parallèlement à l’enseignement de la flûte moderne et baroque au conservatoire de Niort, et après s’être frotté à la viole de gambe et au chant, Pierre Fardet se produit en concert avec son ensemble AZULEjO - à géomètrie variable - avec des programmes qui incluent danse, texte et création avec une dominante pour la culture hispanique. Il se consacre également à la composition (du solo à l’orchestre en passant par le chœur).


Flûtes en sol, moderne et baroque
La première soirée intitulée "Anniversaires" ne pouvait manquer le tricentenaire de la naissance de Frédéric le Grand, dont la gloire politique et militaire a souvent relégué le talent musical au rang de simple hobby… Or non seulement Frédéric II constitue la personnalité déterminante de la vie musicale berlinoise de tout le XVIIIe siècle, mais il était aussi un excellent flûtiste et a lui-même laissé à la postérité des sonates pour flûte de grande qualité. En témoigne cette sonate "a flauto traverso col basso continuo" en ouverture de ce concertJohn STANLEY (1712-1786), Anton STADLER (1753-1812), Franz Anton HOFFMEISTER (1754-1812), Joseph GEBAUER (1763-1812), Johannes DONJON (1839-1912), Jean FRANCAIX (1912-1987), Louis MOYSE (1912-2007), Rudolf ESCHER (1912-1980), autant d'invités à cet anniversaire célébré avec doigté et souffle par Pierre Fardet qui présenta ses instruments en fin de concert.
La seconde suite consacrée à la flûte traversière pris des accents de "Résonances espagnoles" : les "Folies d'Espagne" de Marin Marais (1656-1728), "Jota aragonesa" de Daniel Sebastian Gabalda Bel (1823-1890) et "Iberica" de Marcel Stern (1909-1989) nous firent admirer la richesse de ces compositions mais aussi la dextérité d'un interprète qui sut nous enchanter tels les enfants de la légende.  




Suites des Samedi 21 Juillet et Dimanche 22 Juillet 2012 - 22h45-23h15

Ensemble "Rosa Gallica"
Musique et chants des XVIème et XVIIème siècle

L’Ensemble Rosa Gallica est né d’une rencontre entre trois musiciens aux Pays-Bas. Poly-instrumentistes, ils proposent un répertoire ancien aux formations variées, mariant le chant,  la percussion, la flûte, la viole de gambe et l’épinette.

Le nom de cet ensemble vient d'un type de rosier "Le Rosa Gallica", originaire d'Europe centrale et méridionale, qui compte de nombreuses espèces : les roses les plus connues sont "la rose de Provins" et "la rose rouge de Lancaster" emblème du comté du Lancashire. 

L'Angleterre et la France : c'est de ces deux pays que viennent les chants de cette suite consacrée à la musique des XVIème et XVIIème siècle : 
"Belle qui tient ma vie" pavane de Thoinot Arbeau 
"Suzanne un jour", poème de Guillaume Guéroult écrit vers 1565 et mis en musique une bonne quarantaine de fois aux XVIe et XVIIe siècles (Rosa Gallica nous en proposa trois versions)
"Change thy mind", chant composé par Robert Devereux, comte d'Essex (1566-1601)et mis en musique par Richard Martin (seule oeuvre qui nous soit parvenue de ce luthiste et compositeur anglais)
"Mignonne, allons voir si la rose", célèbre poème de Pierre de Ronsard, harmonisé par Pierre Costeley (1531-1606)

Ce ne sont là que quelques pièces parmi la bonne vingtaine interprétées par "Rosa Gallica" au cours de ces deux suites. Aussi délicat que le parfum de la rose, le chant et la musique se  sont élevés avec beaucoup de douceur, parfois de mélancolie souvent exprimée dans ces textes d'autrefois.


Daniela Tomaz et le adufe
Cela a donné aussi l'occasion au public de découvrir des instruments anciens.
Le adufe, joué par Daniela Tomaz : cet instrument est presque exclusivement joué par les femmes. Originaire de Mésopotamie, il fut introduit au Portugal lors de la conquête arabe. Le plus souvent de forme carrée, cet instrument est constitué d'un cadre sur lequel sont fixées des membranes de peau. Entre les deux sont disposés des éléments percusifs comme des grelots.


Originaire de Porto, Daniela Tomaz débute sa carrière artistique en 1994 au sein de l’ensemble Orquestra Orff de Porto sous la direction de Jose Prata. Elle étudie la flûte au conservatoire de Porto auprès de professeurs de renom formés aux Pays-Bas que sont Pedro Sousa e Silva, Pedro Castro et Pedro Couto Soares. Elle obtient le diplôme de l’Utrecht School of the Arts en 2012 (Cum Laude) auprès de Heiko ter Schegget en flûte à bec et Traverso auprès de Wilbert Hazelzet. 
Elle fonde des ensembles dédiés aux répertoires anciennes des instruments a vent, notamment : No Sopro do vento (2009), Voce Humana (2011) et Tre Fontane (2012) autour du Baroque, de la Renaissance Ibérique et du Médiéval Italien Elle se produit régulièrement aux Pays Bas, France et Portugal dans le cadre de festivals, tels le Oudemuziek Festival Utrecht, Bach Dordrecht Festival, Jornadas Medievais de Sesimbra, etc.Depuis 2011, elle est invitée régulièrement  comme percussionniste baroque, pour des concerts avec la Leids Barok Ensemble, Henk Verhoef et l’Utrecht School of the Arts des Pays-Bas.
Daniela est flûtiste et percussionniste au sein de l’Ensemble Rosa Gallica



Gaëlle Coulon à l'épinette
L'épinette : c'est Gaëlle Coulon qui fut au clavier de cet instrument de la famille des clavecins. Dans cette famille d'instruments, les cordes sont pincées par des sautereaux actionnés par les touches. L'instrument utilisé pour ces suites est la copie d'un modèle ancien.


Claveciniste et organiste, Gaëlle Coulon a débuté à l’Ecole de Musique de l’Aveyron. Elle a obtenu son DEM d’orgue en 2008 dans la classe de Michel Bouvard au Conservatoire de Toulouse et le DEM de Clavecin en 2010 au Conservatoire de Rennes dans la classe de Pascal Dubreuil.
Elle a obtenu le Diplôme National Supérieur Professionnel de Musicien et le Diplôme d’Etat de Clavecin au CESMD de Poitou-Charentes en 2012, où elle a suivi les enseignements de Pascal Dubreuil et  Dominique Ferran. Elle va enseigner le Clavecin au Conservatoire de Rennes à partir de la rentrée 2012.

Organiste dans plusieurs tribunes de Poitiers (Montierneuf, Saint-Porchaire et Ligugé), Gaëlle Coulon se produit régulièrement en concert à travers la France, à l’orgue ou au clavecin, en soliste ou au sein de formations instrumentales variées.

C’est en 2009 qu’elle fonde l’Ensemble Rosa Gallica à la suite d’une rencontre au Conservatoire d’Utrecht (Pays-Bas) avec Daniela Tomaz. Dans cet ensemble, Gaëlle prête sa voix et ses mains, au chant et à l’épinette.



Mickaël Durand à la viole de gambe
La viole de gambe jouée par Mickaël Durand (tout aussi à l'aise à l'épinette comme au chant...). Avant d'être l'instrument de prédilection de la musique baroque, la viole de gambe est d'abord l'instrument de la musique de la renaissance. Il ressemble au violoncelle mais sa tenue est différente comme celui de son archet, paume vers le haut.


Diplômé du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris en orgue dans la classe de Michel Bouvard et Olivier Latry (2001) et en basse continue (2002), Mickael Durand a obtenu son certificat d’aptitude en 2007 au sein du même établissement.
Il  s’est ensuite perfectionné auprès de Wolfgang Zerer au conservatoire de Hambourg et s’est vu récompensé du diplôme de concertiste (Konzertexam) avec félicitations en 2005.

Il est également claveciniste, instrument qu'il a perfectionné auprès de Bob van Asperen au conservatoire d'Amsterdam après avoir obtenu le DEM dans la classe d’Elisabeth Joyé à Paris.
Passionné par la viole de gambe, il étudie actuellement cet instrument en cycle CEPI (DEM) au conservatoire de Poitiers dans la classe de Matthieu Lusson.

Il joue régulièrement en soliste, et en tant que continuiste au sein de divers ensembles instrumentaux et vocaux.
 Actuellement organiste de l’église Saint Porchaire à Poitiers, il enseigne l’orgue au Conservatoire à rayonnement départemental d’Alençon.
Il est nommé co-titulaire des orgues de la cathédrale de Nantes à partir de Septembre 2012.

Mickaël, de par ses multiples talents, passe de la viole au chant, du chant à l’épinette.
  

Ces soirées furent donc riches, tant du point de vue musical par le répertoire proposé que du point de vue de la connaissance du fait de la présentation des instruments par les interprètes, ce qui intéressa fortement le public resté jusqu'à la fin et surtout admiratif devant ce qu'il faut bien considérer comme des oeuvres d'art.


Tête du manche de la viole de gambe





Double-suite du Vendredi 20 Juillet 2012 - 21h30-22h15 et 22h45-23h15

Cliquez sur l'image pour l'agrandir
avec L' Ensemble vocal et instrumental "Qui vive" de Delft (Pays-Bas) sous la direction de Ad Van Unen 


Ils l'avaient promis et ils sont venus ! Ils nous avaient émerveillés l'an passé, ils nous ont enthousiasmés ! Qui donc ? Les choristes et musiciens de l'ensemble vocal et instrumental "Qui vive" de Delft. Depuis 13 ans, ce groupe d'une cinquantaine de personnes établit ses quartiers d'été pendant une semaine dans un camping à Chauvigny et donne des concerts dans la région. 
Toutes les générations y sont représentées : le plus jeune violoniste a 10 ans. L'ambiance est très familiale.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir
"O Esprit Igne" (O Esprit de feu): ces mots sont repris de l'hymne "O ignee Spiritus" de Hildegarde de Bingen, abbesse bénédictine et mystique allemande du  XIIe siècle. C'est d'ailleurs sur l'une de ses compositions que commença cette soirée et qui en donna le ton : "Iterumque vocem de celo" (de nouveau, une voix me vint du ciel) interprétée par le choeur des femmes de l'ensemble vocal et instrumental. Car cette soirée fut pour le public qui remplissait la nef de la collégiale, une véritable montée vers le ciel. Passant par le chemin de croix avec la symphonie "La Passion del Signor Nostro" d'Antonio Caldara (1670-1736), poursuivant avec le choeur des hommes par les Quatre petites prières de Saint François d'Assise composées en 1948 par Francis Poulenc, nous reposant quelque peu avec la Suite en si bémol majeur de Georg Philipp Telemann (1681-1767), nous reprenons le chemin de la Passion avec l'oeuvre du jeune compositeur Eriks Esenvalds (1977): "Long Road". 
Cliquez sur l'image pour l'agrandir
Après le temps de la polychromie, le public tout aussi nombreux, si ce n'est d'avantage, est accueilli par la fraîcheur d'une flûte à bec interprétant une fantaisie d'un anonyme du XIVe siècle.
C'est alors le moment de l'aboutissement de cet itinéraire avec l'oeuvre majestueuse de Morten Lauridsen, "Lux aeterna" : l’interprétation de "Qui vive" fut intense, la direction de Ad Van Unen empreinte d'intériorité, le ciel sur la terre ! Tonnerre d'applaudissements, standing ovation ! La statue de Notre-Dame a retrouvé un pur joyau.
C'est déjà le temps du départ : beaucoup d'émotion mais aussi une promesse : Qui vive sera là pour les Suites et Double-suites 2013 !



Le choeur de Notre-Dame était bien petit !

Ad Van Unen à la direction

Au milieu de ses aînés, le cadet de l'ensemble


Suite du Mercredi 18 juillet 2012 -  22h45-23h15

Chant grégorien avec Geoffroy Dudouit
proposé par l'Association "Et avec votre esprit"


Geoffroy Dudouit
Cliquer pour agrandir l'image
Terribilis est : "Il est redoutable ce lieu..."
C'est par ce verset, tiré du Livre de la Genèse, que s'ouvrit la Suite du mercredi 18 Juillet. La voix puissante de Geoffroy Dudouit s'élève et envahit la nef de Notre-Dame la Grande. Sobriété, pureté d'un chant au service du texte sacré : la cantillation du chantre soliste, très liée aux origines du chant grégorien, est aujourd'hui tombée dans l'oubli. Il s'agit d'une musicalisation minimale, une stylisation du débit parlé dont le seul but est la transmission efficace de l'enseignement biblique et sa célébration. 
Une fois de plus, une connivence s'est établie entre le chant, l'espace sacré de la collégiale et le coeur de la petite trentaine de personnes extrêmement attentive dans un silence propre à recevoir la richesse d'un patrimoine venu de très loin. C'est l'hymne Felix per omnes, hymne jacquaire tiré du Codex Calixtinus (manuscrit musical du XIIe siècle écrit à la gloire de Saint Jacques) qui donna la conclusion de cette soirée, première d'une série puisque l'association "Et avec votre esprit" avec Goffroy Dudouit et son ensemble seront de nouveau à Notre Dame la Grande le 27 Juillet (pour une Double-suite) et le 1er Août.



Geoffroy Dudouit : chanteur, chef de chœur et compositeur. Il a découvert le chant grégorien il y a une quinzaine d'années à l'Abbaye de Ligugé. Il se forme auprès de Dominique Vellard et Marcel Pérès ; son chant est profondément empreint de sa rencontre avec Georgios K.Michalakis, maître du chant byzantin traditionnel.








Suite des Lundi 16 juillet et mardi 17 juillet 2012 
22h45-23h15

avec le Quatuor Volubilis 

Mathilde Landais, premier violon
Eloïse Gomez, second violon
Coralie Proust, alto 
Anna Hamayon, violoncelle

"Volubilis" : Ce nom ne pouvait être mieux choisi pour ce quatuor qui possède cet art de faire dialoguer les instruments entre eux. Tantôt tendres, tantôt vigoureux, les échanges entre violons et violoncelle furent savoureux pour le plaisir de la petite centaine de visiteurs entrés dans la collégiale après les polychromies. L'objet de la conversation instrumentale de ce lundi 16 juillet fut la culture ancestrale de deux peuples, ceux de la Scandinavie et l'Europe centrale.
Le Quatuor Volubilis
cliquer sur la photo pour l'agrandir
Tout d'abord, ce fut le quatuor à cordes en sol mineur opus 27 de Edvard Hagerup Grieg, compositeur norvégien né en 1843. Les contes et légendes de cette contrée nordique sont ici évoqués, tout un monde auquel l'auteur est profondément attaché. La partition, sans être seulement descriptive ou folklorique, est emprunte de poésie et d'une certaine exubérance, une oeuvre véritablement romantique.
En seconde partie, c'est un tout autre monde et une autre écriture musicale que nous abordons avec György Ligeti, compositeur roumano-hongrois (1923-2006). Les "Bagatelles"  écrites pour piano, réécrites pour quintette à vent puis retranscrites pour quatuor à cordes, forment une oeuvre où affleurent les accents très mélangés de l'Europe centrale avec sa proximité de l'Orient. L'écriture musicale est très particulière et demande beaucoup de précision. Chaque pièce, dans une progression chromatique constante, apporte une note supplémentaire, un peu comme des arguments dans une dispute et c'est à ne plus savoir qui va l'emporter. Est-ce un reflet du contexte socio-politique de l'époque en cette région du monde ?

Quoiqu'il en soit, le Quatuor Volubilis nous a fait apprécier des oeuvres peu connues et rarement jouées : c'est un enrichissement auquel l'association des Clefs de Notre-Dame est heureuse de pouvoir contribuer.


le Quatuor Volubilis 
Formé depuis septembre 2011, le quatuor Volubilis est né de la rencontre entre quatre instrumentistes talentueuses dont les parcours musicaux se sont croisés en région Poitou-Charentes. En effet, des affinités tant musicales qu'humaines se sont créées, leur donnant l'envie de s'investir pleinement dans cette aventure commune.

Passionnées d'oeuvres classiques et romantiques, elles aiment également faire partager le répertoire des XXème et XXIème siècles, en abordant tant les musiques savantes que les musiques populaires.
Elles enseignent parallèlement dans différentes structures musicales, et interviennent régulièrement en milieu scolaire, afin de faire découvrir leur formation au jeune public de manière ludique et interactive.
Le quatuor a la chance de côtoyer le chambriste Guy Danel, violoncelliste du quatuor Danel, et ses membres ont participé plusieurs fois aux programmations des « Concerts en nos villages ». Elles se produisent également aux côtés du trio de saxophones Milonga, à travers un répertoire pour lequel certaines pièces ont été arrangées pour cette formation particulière de sept musiciens.
L'ensemble doit son nom à la fleur de « volubilis », délicate et luxuriante à la fois, ainsi qu'à l'adjectif « volubile », que les quatre artistes associent à la féminité, mais aussi à l'impétueux bavardage de leurs instruments.
(Quatuor Volubilis)






Suite du Dimanche 15 juillet - 22h45-23h15
Jean-Sébastien Bach et Jean-Baptiste Barrière

Benjamin Marionneau
Comme chaque année, des élèves ou anciens élèves du Conservatoire à rayonnement régional de Poitiers viennent donner de leur temps et de leur talent dans le cadre des déambulations nocturnes des "Suites" de Notre-Dame la Grande. Ce sont des concerts de poche offerts au public des polychromies. 

Ce dimanche 15 juillet, la première suite pour violoncelle seul de Jean-Sébastien Bach, jouée par Benjamin Marionneau, et deux sonates extraites du Livre III de Jean-Baptiste Barrière (1707-1747), interprétées par Anna Hamayon et Louis Morand, ont suscité l'admiration  d'une petite assistance d'une trentaine de personnes. 

Anna Hamayon et Louis Morand
Le plaisir de jouer à Notre-Dame la Grande de ces jeunes interprètes était visible. Avec le violoncelle, il y a quelque chose de physique, de profondément humain  dans la relation des musiciens à leur instrument. Passant du registre des graves à celui des aigus, l'humanité de celui qui écoute ne peut être que touchée dans les profondeurs pour être transportée ensuite vers le sublime. Il y a là une connivence entre l'édifice et la musique : tel est bien le projet de notre association d'être au service de cette complicité, une complicité si bien servie par ces jeunes talents.





Ouverture de la 9ème édition
Vendredi 13 Juillet 2012  

avec l'Ensemble instrumental MINIMAX 
sous la direction de Marc Benyahia-Kouider

La pluie n'avait pas cessé de la journée et faisait craindre une faible participation à la soirée d'inauguration de la 9ème édition des Suites et Double-suites de Notre Dame la Grande. 

C'était sans compter avec la réputation de ce festival qui année après année attire de plus en plus de monde. Ils étaient donc un peu plus de 200 à se presser sous les voûtes presque millénaires de la collégiale : mélomanes, poitevins venus en famille ou touristes de passage, connaisseurs ou simples curieux.

Menu de choix, de premier choix même pour cette première soirée estivale animée avec professionnalisme et bonne humeur par l'Ensemble instrumental MINIMAX placé sous la direction de son fondateur Marc Benyahia-Kouider. Le projet artistique de cet ensemble à géométrie variable est de réunir étudiants du conservatoire, amateurs de haut niveau et musiciens professionnels pour leur faire vivre une expérience musicale et humaine... pour le plus grand plaisir d'un public attentif de bout en bout du concert.

Commençant en prélude par une allemande de Jean-Sébastien Bach, le programme s'est poursuivi en donnant à entendre tout d'abord des pièces du XVIIIe siècle de Jean-Philippe Rameau et Georg Friedrich Händel.

Puis ce fut l'émerveillement du mariage entre le violoncelle et la voix humaine avec la Bachiana Brasileira n°1 d'Heitor Villa-Lobos : 10 violoncellistes accompagnèrent la soprano Nathalie Girault dans une musique évoquant souvent la guitare, instrument chéri du compositeur. Ce fut une véritable envolée vers les voûtes de l'oiseau emblématique du Brésil.

Après la pause-détente sur le parvis pour admirer les polychromies de la façade de Notre-Dame, retour à la musique avec une pièce de Joseph Gabriel Rheinberger, compositeur de la fin du XIXe tombé, hélas, dans l'oubli. Cette pièce fut interprétée par une "nonette" (9 instruments) composée de musiciens amateurs. Admirable !

Et pour le final, retour à Villa-Lobos qui fit accoster le vaisseau de la collégiale aux rivages colorés du Brésil ! Il faisait soleil en pleine nuit... vivement la Suite !






Aucun commentaire: